At LaksaR Daira de Bechoul Wilaya de Bouira ALgerie

At LaksaR  Daira de Bechoul Wilaya de Bouira ALgerie

BOUDREF ACHOUR: Martyr de la révolution algérienne ( 1919- 1960)

La geurre de libération nationale restera dans l'Histoire contemporaine de notre pays la période la plus crutiale et la plus décésive, celle du tragique et de la grandeur. Une histoire écrite par le sang des " chouhada" morts au Champ d'honneur.
Aujourd'hui notre pays est libre indépendant. Nous vivons grace à ces martyrs qui se sont donnés corps et ames , sacrifiant familles, situations et tranquilité au seul service de la cause nationale.
Notre devoir à nous , fils de l'indépendance de leur rendre hommage . Désormais l'écriture de l'histoire s'impose à chacun de nous .Il est clair que ce modeste hommage rendu à l'un des héros de la révolution rejaillira sur l'ensemble des héros " anonymes" de notre glorieuse révolution, afin de l'exhumer des pages poussiéreuses de l'oubli , afin que nul n'oublie.

1. Situation

Il s'appelle BOUDREF ACHOUR . Né en 1919 au village de Ouled Abdellah , commune de Ouled Rached , wilaya de Bouira. Fils de Ahmed et DAAS Bakhi . Issu d'une famille modeste et concervatrice à l'image de la plupart des familles algériennes. Il a toujours vécu dans le respect des traditions ancestrales basées sur l'honneur, la dignité et l'altruisme. Lui et son frère ABDELLAH, jouissant de l'aura d'un père très respecté car il avait une influence considérable dans la région pour ses idées réformistes et pour sa sagessse. Il représentait pour la région le grand spirituel et le cadi. Ce qui fit de ACHOUR et son frère ABDELLAH des modèles de bonne conduite malgré l'analphabétisme dù à l'inexistence d'école à l'époque.
Afin de pouvoir subvenir aux besoins de sa famille, il s'occupait de l'agriculture et de l'élevage ( ovin et caprin ) comme l'ensemble des habitants de la région, réputée paysanne. Ce qui permettait l'auto suffisance alimentaire.

Le Chahid a été élevé aimant la justice, disant la vérité , exemplaire dans sa conduite et dans son comportement. Ce qui le poussa à ralier le " Mouvement des Amis d'El Bayane " , qui activait dans la clandestinité en tant que cellule. Outre BOUDREF ACHOUR et son frère ABDELLAH, on retrouve parmi les adhérants entre autres: MANCER Mohamed , SALAH Mouloud, BENAKDI Arezki , LAMRI Achour , et tant d'autres qui avaient pour mission de cotiser régulièrement et contribuer à la sensibilisation des masses populaires.

En 1942 ACHOUR fut mobilisé et envoyé au Front durant la Seconde Guerre mondiale. Et c'est là, qu'il découvrit la différence entre un militaire français et un militaire algérien. Il comprit aussi, à son corps défendant, le système des deux collèges et des deux poids deux mesures , alors que tous, algériens et français , sont égaux devant les balles ennemies. Il devint alors encore plus hostile , plus que jamais , au colonisateur français.
Il fut libéré du service militaire un an plus tard en 1943 , regagna son village , s'occupant de l'agriculture et l'élevage.


2. L'INCIDENT DE L'URNE:

En 1948 les mouvements politiques activaient et revendiquaient l'égalité de la représentation parlementaire. Ce qui fut accepté par la France et le vote eut lieu à TILIOUA , au niveau du bureau des gardes forestiers. Cependant , il y eut un litige sur la
manière de voter car il y avait deux clans opposés. D'une part, le clan des partisans de l'Algérie française qui revendiquait l'intégration. D'autre part, le Mouvement des Amis d'El Bayane réclamant l'Algérie algérienne. Ce qui provoqua de vives altercations durant le référendum . Et c'est là qu'on retrouve le futur héros de la guerre de Libération nationale aux premières lignes du Mouvement nationaliste se distinguer par son audace et son courage. ACHOUR s'empara se l'urne de rage et la brisa en morceaux , en présence des mesieurs : MANCER Ahmed, superviseur du vote et représentant de l'Association des Oulemas Musulmans algériens , BOUCHRIT Yahia, ANNACHE Ahmed, BENAKDI Arezki, tous membres du parti d'El Bayane.
Le vote fut annulé.
.
L'incident de l'urne eut pour conséquence les premiers tracas sérieux de la part des autorités coloniales contre ACHOUR et tous les militants nationalistes . Il a été alors contraint de fuir et quitter le térritoire algérien. Il se réfugie en France pendant à peu plus d'une année, avant de rentrer au pays en 1950.


3.L'ACTION REVOLUTIONNAIRE

Membre actif et influent du Mouvement des Oulemas Musulmans au niveau de la cellule locale d'Ouled Abdellah, qui créa l'école " EL YAHAT " d'où sont issus la plupart des révolutionnaires de la région. Et c'est à partir de cette structure que démarèrent les premiers contacts sérieux avec les différentes associations révolutionnaires .
Habitant une crète " Azaghar " surplombant tout le village de Ouled Rached et Ouled Adbellah, le Chahid BOUDREF ACHOUR a joué un role déterminant dans l'installation des maquis de l'ALN dans cette région. Cette situation géographique lui permettait de repérer le moindre mouvement de l'armée française. L'histoire retiendra que la maison du Chahid fut la première a avoir abrité la première réunion officielle en vue d'entreprendre des actions révolutionnaires.
Parmi les Moudjahidine qui ont pris part à cette réunion secrète, messieurs: ACHRARAK Ahmed , aami Akli , ANNACHE Ahmed ,
ABBAOU Ali , MACHANI Rabeh , LAMRI Achour ...

C'est à partir de là qu'eurent les premières incursions des Moudjahidine dans la région .

Ecrit par : Boudraf Achour (petit fils du martyr)

                                           A. O



10/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres